[Test PC] The hand of Merlin

The hand of Merlin est un jeu de rôle tactique/roguelike développé par Room-C Games et Croteam dans lequel vous incarnez un groupe de 3 héros plongé dans un univers d’heroic fantasy mêlant légende Arthurienne et horreur.

L’histoire est largement inspirée des mythes arthuriens, mais saupoudrée d’éléments divers piochés dans les contes et légendes d’autrefois. Ainsi et sans ordre particulier, vous croiserez au fil de votre aventure Merlin, Roland (de la chanson de Roland), Morgana, Arthur, etc… tout en passant par Jérusalem, l’Espagne, Albion et autres cités antiques. Mélange qui peut dérouter lors de notre premier run, on se fait peu à peu à cet univers ou différentes choses se côtoient et ou les personnages à rencontrer (et à débloquer) sont nombreux.

Au départ, vous aurez le choix entre 3 héros, la configuration de base étant un guerrier, un rodeur et un mage. Vous pourrez débloquer d’autres personnages plus tard mais ce trio de classe restera grosso modo le même. Chaque personnage a bien sûr ses propres caractéristiques et ses propres capacités, vous pourrez également en débloquer d’autres lorsque vous aurez assez de Points de Renom, mais nous allons y venir.

Une fois vos héros choisi, vous êtes propulsé dans l’univers de Hand of Merlin ou la voix de Merlin vous parle et vous explique qu’un mal ancien s’empare peu à peu du monde et que la source de celui-ci se trouve dans la ville lointaine de Jérusalem. Le jeu se présente sous la forme d’une carte du monde sur laquelle vous (représenté par un jeton) vous déplacerez afin de déclencher des évènements. La carte du monde vue du ciel ressemble donc à une mappemonde avec différentes « nodes » et l’on décide quel chemin on souhaite emprunter pour se rendre de notre ville de départ à Jérusalem. Chaque endroit — ou « node » — que l’on atteint déclenchera un évènement. Celui-ci peut être positif, négatif, neutre, ou simplement vous donnez des informations sur le lore du monde.

Nous avons ici la première force du jeu. A chaque fois que vous atteindrez une « node », une chose aléatoire se produira et vous devrez faire des choix pour décider quelle action mener. Un livre s’ouvre sous vos yeux, un texte décrit ce qu’il se passe et vous devrez choisir quelle action vous désirez faire. Pour ceux d’entre vous qui sont familiers avec le jeu de rôle sur table ou les séries de jeu telles que Baldur’s Gate ou Divinity, vous reconnaitrez ce style narratif parfois à choix multiples, très agréable à naviguer.

Par exemple, vous arrivez sur une nouvelle « node », le livre s’ouvre et l’on vous dit que vous tombez sur un village paisible au milieu d’une clairière. Deux choix s’offrent à vous : passez votre chemin ou allez visiter le village. Si vous choisissiez de visiter le village, vous constatez que celui-ci est désert, un nouveau choix s’offre à vous : allez voir ce qui se passe dans l’Eglise abandonnée qui se trouve devant vous ou faire un tour des maisons… etc… Au final, chaque choix effectué débouchera sur un résultat positif ou négatif : vous déclencherez un combat, une embuscade ou un piège ou vous trouverez des objets, de l’or ou des ressources vous aidant dans votre quête. Parfois le fait d’avoir un personnage spécifique dans votre groupe de 3 vous donnera l’avantage ; dans la situation décrite plus tôt, si vous possédez un rôdeur dans votre groupe, celui-ci peut partir en reconnaissance dans le village et diminuer les chances de danger. Plus encore, vous aurez parfois à tirer au hasard (par un système de cartes) ce qui se produira.

Cette façon de progresser dans le monde permet de ne jamais refaire le même run, on peut choisir différentes options et choix à chaque fois, même sur les évènements que l’on connait. Certains évènements plus balèzes vous feront affronter un boss ou vous permettront de résoudre une énigme pour obtenir une belle récompense. Il faut donc être attentif à l’histoire et à ce qu’il est écrit à chaque évènement.

Par ailleurs, la corruption du monde annoncée par Merlin se répand peu à peu sur le monde et les « nodes » deviendront donc au fil du temps corrompues. Ces « nodes » corrompues vous donneront plus de chance de déclencher un combat contre des abominations — véritables avatar de la corruption. D’autres « nodes » vous assurent d’obtenir une relique en récompense ou même un nouveau héros si vous avez perdu l’un des vôtres.

Les ressources sont nombreuses dans Hand of Merlin. Tout d’abord l’or, gagné après un combat ou après un évènement, il vous permettra d’acheter de l’équipement, de la nourriture ou de vous sortir de situations difficiles. La nourriture est consommée au fil de votre avancement sur la carte, une abondance de celle-ci vos offrant des bonus de statistiques, un manque de celle-ci le contraire. Il faut donc bien veiller à en avoir toujours sur soi une bonne quantité. Elle pourra être gagnée après certains évènements, achetée ou échangée.

Les Points de Renom vous serviront quant à eux à augmenter les statistiques de vos héros et à débloquer de nouvelles compétences. C’est intéressant car il vous faudra parfois choisir entre or ou Renom. Vous venez par exemple d’aider un groupe de voyageurs à vous débarrasser de bandits et ils vous proposent 100 pièces d’or en récompense, mais si vous refusez cette récompense, vous gagnerez alors 15 Points de Renom. Il faut donc osciller entre ressources et Renom afin d’avoir assez d’objets, d’or et de nourriture, mais également assez de Points de Renom pour faire progresser votre équipe.

Les reliques sont des objets que vos héros pourront équiper, à raison d’une relique par héros. Elles vous donneront des bonus divers (plus de force, de dégâts, de précision ou de déplacement…). Elles sont rares et pourront vraiment faire la différence.

Les essences, elles, sont des sortes de pierres magiques extrêmement rares qui vous permettront de débloquer de très gros sorts vraiment puissants (soin de zone, pluie de météores, éclair foudroyant…) Ces sorts sont communs à votre groupe de 3 héros et se lanceront grâce à des points de mana, récupérés lors d’évènements. Les essences sont rares et il n’est pas rare de faire un run sans en obtenir une seule.

L’autre grosse facette de Hand of Merlin est celle des combats. Ceux-ci se déroulent façon rpg tactique, sur une grille, au tour par tour. Chaque personnage et ennemi a des points d’action, qu’il peut utiliser pour se déplacer, utiliser une capacité, une relique… Un système de couverture vous permet de vous mettre à l’abri derrière le décor, augmentant vos chances d’éviter une attaque. Chaque héros et monstre possède un nombre de points d’armure et un nombre de points de vie ; à chaque dégât subit, l’armure baisse en premier puis la vie. Il faudra donc surveiller votre nombre de points d’armure et essayer de les restaurer au fil du combat. Ces points d’armure seront restaurés à la fin du combat, contrairement aux points de vie, ajoutant ainsi la pression de perdre des points de vie et de se retrouver en danger au combat suivant. De plus, certaines capacités ignorent l’armure et enlèvent directement des points de vie.

(screen presskit)

Les combats sont riches même si nous aurions aimé une plus grande variété d’ennemis : bandits, abominations, vers géant et… c’est tout pour le moment, espérons que de futurs patchs viendront enrichir ce bestiaire. Par contre, les effets et modifications de statut sont-elles très nombreuses. Etourdissement, ralentissement, saignement, blessure ouverte, maladie… à vous de les connaitre et d’en tirer profit lors des combats.

Les combats sont donc bien ficelés mais restent tout de même classiques, un plus grand éventail de capacités, de monstres et d’interactions aurait été apprécié. Si vous êtes comme moi un fan de tactical rpg indépendant, tel que Fell Seal ou Into the Breach, vous verrez que Hand of Merlin manque d’un petit quelque chose.

(screen presskit)

Graphiquement, le jeu est beau mais sans plus. Les personnages manquent un peu de profondeur et les décors sont assez répétitifs. Les menus, les illustrations lors des évènements et les icones sont par contre très réussis. Lors des combats, les animations manque de netteté et de détails, les mouvements des héros sont en effet un peu « guindés ». L’ambiance sonore est-elle assez simple mais dessert bien le jeu et les environnements, sans pour autant être exceptionnelle.

(screen kitpress)

Ambitieux et bourré de bonnes idées, Hand of Merlin réussi le côté narratif et on apprécie vraiment l’aspect « livre dont vous êtes le héros » porté par son mythe de la légende arthurienne revisité. Côté combat et action, il nous faudra peut-être attendre un patch pour consolider le tout, pour le moment un peu simpliste.

👍 La narration réussie
👍 Le mélange tactical rpg/exploration
👍 Le côté addictif des runs

👎 Des combats un peu simplistes
👎 L’ambiance sonore
👎 La difficulté en dents de scie malgré les 5 niveaux de difficulté

--

--

Rédacteur en chef du média "Ma Vie De Geek" et passionné de toutes les générations de JV et + !

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Ma Vie De Geek

Ma Vie De Geek

Rédacteur en chef du média "Ma Vie De Geek" et passionné de toutes les générations de JV et + !