[Test ps4] Astérix & Obélix Baffez-les tous

Chers amis gauloises et gaulois, bienvenue dans l’univers d’Astérix & Obélix sans oublier Idéfix sinon il va bouder. Sous couvert de la licence, Microids s’est lancer le défi de ressortir un beat’em’all qui a eu ses heures de gloire en 1992 pour être exact avec comme développeur Konami. Presque 30 ans plus tard, les deux compères reviennent sur le devant de la scène pour le bonheur des petits et des grands. Partons à la découverte de cet Astérix & Obélix Baffez-les tous !

Que l’on soit fan ou pas de la licence Astérix, que ce soit en BD, films ou jeu vidéo, tout le monde connait l’histoire de l’irréductible village gaulois. Comme une évidence, il résiste aux assauts des romains, volontaires et engagés, dirigés par le seul et unique Jules césar. On notera que dans les animés certains sont très bons dont le célèbre Astérix et les 12 travaux. Un chef d’œuvre pour ma part ! Mais parlons plutôt du jeu que des souvenirs de mon enfance … ou presque !

Pesant un petit 1.5go dans sa version ps4, nous voilà fin prêts pour tous les baffer comme dit le titre. Ecran d’accueil des plus sommaire, on y retrouve :

-Mode histoire

-Jeu libre

-Options

En observant cet accueil, j’ai comme un mauvais pressentiment. Très peu d’options se présentent à nous. On se lance avec ma compagne. Bien évidemment, les deux protagonistes sont présents à l’écran. Si on joue seul, il est possible de switcher entre les deux personnages en appuyant simplement sur la touche L1. Pour jouer à deux, rien de plus simple car en appuyant sur la touche triangle l’invitation se lance automatiquement. Et c’est parti pour en prendre plein les mirettes et dézinguer tout ce qu’il se trouve sur notre chemin.

Première réflexion que nous nous faisons avec ma moitié, c’est la patte graphique qui est extrêmement fidèle à la bande dessinée. Chaque petite partie des personnages sont là. On parle bien évidemment de la moustache d’Astérix tout autant que du magnifique pantalon moulant d’Obélix. Idéfix est bien présent et ne déroge pas à la règle avec son pelage blanc comme la neige. Les premiers romains arrivent et de notre côté on est chaud comme la braise en se disant « on va les démonter comme jamais ». Et effectivement c’est bien ce qu’il s’est passé pendant les premières minutes de jeu. On enchaîne quelques coups sympas avec les célèbres uppercuts qui font sortir de leurs sandales les petits soldats venus au premier plan. On se lâche sur des attaques spéciales en appuyant sur triangle pour voir Astérix tourbillonner comme le diable de Tasmanie et Obélix prendre un malin plaisir à baffer ses ennemis. Cela me rappelle Bud Spencer compère de Terence Hill dans « Attention, on va s’fâcher » à mettre des giflasses comme jamais ! quand soudain … Plus rien !

Grands amateurs que nous sommes du genre, il était nécessaire pour nous de comparer Astérix et Obélix Baffez-les tous avec d’autres pointures du beat’em’all. Les plus anciens connaissent Final Fight, Golden Axe et Double Dragon qui sont des pointures dans ce domaine, et nous les avons pris pour les mettre en face d’Astérix.

Le côté graphique d’un jeu ne fait pas tout et heureusement. Si Astérix présente de beaux atouts avec une palette graphique propre, ce n’est pas pour autant que les couleurs ont du relief ou de la brillance avec des jeux de lumière. Sans manquer de respect aux graphistes du jeu, c’est vraiment très limitatif comme palette en ne voulant pas donner plus de véracité et de volume à ces deux légendes de la bande dessinée. Quand je parle de volume, je veux dire des vêtements plus étoffés, plus vivants qui capturent les mouvements du personnage comme le vent, l’eau sur le bateau … C’est plat. La 2D, dans un pseudo jeu en 3D (avec différents plans de jeu dans sa profondeur), ne donne pas l’impression d’un travail abouti ou poussé.

Le procédé est identique pour les différents niveaux. Traverser des bois remplis de sangliers, d’oiseaux, de montagnes Corse ou voguer sur la mer et les fleuves, ne donne aucune sensation vivante de l’environnement. C’est plat encore une fois. On aurait aimé voir des animations en arrière-plan dans les buissons avec des chants d’oiseaux accompagnant notre aventure. On aurait aimé prendre le large et sentir les embruns des vagues venant claquer sur la coque du bateau pour laisser quelques flaques sur la zone de combat et rendre l’expérience plus animée … Rien de tout ça n’est présent ! Vous allez me dire que l’on en demande trop ? Non pas du tout. Nous sommes en 2021 et on parle d’Astérix & Obélix. Il faut rendre le jeu vivant et laisser un souvenir impérissable sur chaque jeu que l’on sort surtout quand on a une licence de cette renommée. Je suis exigeant et réaliste. Certains jeux indépendants sont mille fois mieux que celui-ci dans tous les domaines. C’est important de le dire même si on n’aime pas forcément dire du mal d’un jeu. Quand ce n’est pas bon, il faut le dire, point !

Personne n’aime tirer vers le bas un jeu, un film ou une création quelle qu’elle soit. Il faut juste mettre en garde les amoureux de la licence que ce soit en BD ou en animé. On ne peut comparer la légende qu’à son visuel c’est tout. Rien n’est bon dans ce beat’em’all. Et pourtant, j’étais le premier excité de pouvoir mettre des tartes à tous ces romains que je détestais dans les animés. J’avais juste envie de voir Astérix prendre sa potion magique, avoir les ailes de son casque qui frétillent et dézinguer tout ce qui bouge. Là, les animations sont faiblardes, manquent de pêche et de créativité. A chaque fois qu’Astérix fait son petit envol en buvant sa gorgée de taurine, on sait pertinemment que les ennemis arrivent. Parlons-en des ennemis. Toujours les même mais ils changent d’habits. Un coup la veste ou bleue, une arme dans la main gauche et l’ennemi suivant (son cousin ou son frère jumeau) dans la main droite … C’est faire preuve de manque d’inspiration que de mettre 4 types d’ennemis à l’IA, comment dire ? … Non, je ne dirais rien tellement c’est proche du 0 ! Oui, je suis remonté contre ce jeu car c’est faire offense à un mythe de la BD ! Il ne faut pas toucher à certains « monstres » sans avoir les meilleures armes en mains pour faire le meilleur jeu sur la licence en question.

La répétition est usante, lancinante jusqu’au point où l’on appuie sur le bouton sans quasiment regarder ce qu’il se passe à l’écran. Comment peut-on en arriver là ? Mettre des paquets de romains pour dire « regardez y’a beaucoup d’ennemis à tuer » NON, on ne remplit pas du vide en faisant ça ! Tellement d’idées nous sont venues à l’esprit au fur et à mesure que l’on avançait dans le jeu.

On avait imaginé des coups spéciaux du genre Obélix envoie une armée de sanglier pour tout faire valser sur son passage ou pouvoir récupérer la lance d’un romain au sol et s’en servir contre un autre garde de l’armée romaine. Looter des potions qui sont solidement attachées aux ceinturons pour se régénérer … Rien de tout ça. Quel dommage ! On ne peut pas avoir oublier l’interaction avec le décor et les ennemis pour donner vie au jeu. Les patterns sont elles aussi inexistantes. Ma compagne jouait avec Obélix et moi forcément Astérix. J’ai fait tout le jeu avec le même coup : deux fois avant et carré. Eh oui ! Même contre les boss ça marche ! Là, ça va loin quand même ! Alors oui, Astérix est beau visuellement mais tout le reste ne match pas.

Pourquoi Astérix et Obélix ramassent des sous en guise de points ? Je ne vois pas le rapport. De plus, cela ne sert strictement à rien. On n’a pas de bonus à débloquer, ni de personnages à acheter. Faire le meilleur score sert juste à gagner des médailles qui elles-mêmes ne servent à rien. Oo ! Je ne comprends pas le truc là ! Il aurait été judicieux de pouvoir acheter des personnages pour qu’ils deviennent jouables et profiter d’une expérience de jeu avancée avec des compétences spécifiques. De pouvoir équiper des compétences comme de nouveaux super coups en coopération … Ils auraient pu tellement faire plus. Le sentiment au moment du téléchargement des 1.5go du jeu m’a laissé un goût de « oula ! c’est peu pour un tel jeu ! ». Et mon flair ne m’a pas trompé. Je suis le premier déçu de voir que l’on n’a pas rendu hommage aux personnages préférés de mon enfance. Je peux me consoler en me disant que les parents ou grands-parents d’enfants, qui aiment comme moi Astérix & Obélix, vont leur offrir pour Noel ou leur anniversaire et qu’ils vont dirent « Oh c’est trop beau » sans forcément décortiquer le jeu comme nous l’avons fait.

Alors oui, ce test reste notre avis de joueur et joueuse d’une époque où les beat’em’all étaient les jeux en salle d’arcades qui faisaient vibrer tout le monde. Mais, nous sommes du genre à donner notre avis positif ou négatif sur l’expérience de jeu que nous avons eu. Nous n’avons pas du tout retrouvé le côté festif du genre baston de rue. Ni le plaisir manette en main d’avancer dans les niveaux pour en découvrir la suite en sachant très bien ce qui nous attendait. C’est le cœur blessé qui parle en disant une fois le jeu terminé « Quel dommage d’avoir fait ça sur une licence aussi populaire qu’est Astérix et Obélix ». Ce jeu restera une jolie BD interactive réservée aux plus jeunes pour leur permettre la découverte d’une licence qui a débuté bien avant eux.

--

--

--

Rédacteur en chef du média "Ma Vie De Geek" et passionné de toutes les générations de JV et + !

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Ma Vie De Geek

Ma Vie De Geek

Rédacteur en chef du média "Ma Vie De Geek" et passionné de toutes les générations de JV et + !

More from Medium

Shelter in Place: Part Seventeen

How to Rebuild Icon Cache Windows 11/10? — To Fix Icon Issues

“Das klagende Lied” — The song of Lament